Réseau de biotopes Wauwilermoos

    La plaine de Wauwil est écologiquement remise en valeur depuis 1995, avec un suivi technique assuré par la Station ornithologique suisse. On y teste de nouvelles méthodes et de nouveaux types de surfaces de promotion de la biodiversité. En outre, on y jette les bases de l'entretien approprié des réserves naturelles existantes et de leur valorisation.

    Objectifs

    • Entretien et exploitation de l'espace naturel de la plaine de Wauwil, axés sur des espèces cibles ou caractéristiques, à savoir : conservation de l'habitat et promotion du succès de reproduction du vanneau huppé, de l'alouette des champs, de la rousserolle verderolle, du bruant jaune, du lièvre brun, et de 24 autres espèces cibles ou caractéristiques.
    • Contrôle approprié de la mise en œuvre et de l'efficacité des mesures prévues ou réalisées.
    • Test de nouvelles mesures en zone agricole dominée par les cultures fourragères.
    • Monitoring de l'évolution du paysage.

    Procédé

    Grâce à un projet de mise en réseau, soutenu par les communes limitrophes et dirigé par la Station ornithologique, il s'agit de mettre en œuvre un maximum de mesures spécifiques pour la protection des oiseaux des terres agricoles plutôt humides (vanneau huppé, rousserolle verderolle, p. ex.). A cet effet, la création de sites humides temporaires revêt une grande importance.

    Résultats

    La deuxième phase de six ans est maintenant terminée, et la troisième est déjà entamée. Depuis le début du projet, la proportion de biotopes naturels a augmenté de 4,4 % à 11,4 % (2014). Les prairies riches en espèces ont connu la plus grande augmentation de surface (de 12 à 107,5 ha). Le nombre de petits plans d'eau (mares, étangs) a aussi beaucoup augmenté (de 8 à 20). Le nombre de haies est passé de 55 à 119. La plupart des organismes cibles ont réagi positivement à ces changements. En tout, le nombre d'espèces indicatrices pour l'agriculture est passé de 11 à 18, le nombre de leurs territoires ayant quant à lui plus que doublé. Le bruant jaune a ainsi fortement augmenté, et le lièvre brun montre depuis peu une tendance à la progression. La rousserolle verderolle et l'alouette des champs se maintiennent à un bas niveau avec des effectifs variables. Le vanneau huppé a connu une augmentation significative tant de ses effectifs (d'environ 10 à 60 couples) que de son succès de nidification, la couleuvre à collier a recolonisé toute la plaine depuis la partie ouest. Le criquet des roseaux, le criquet ensanglanté et d'autres espèces d'orthoptères ont reconquis une grande partie de la plaine depuis des zones refuges. Leurs effectifs se sont stabilisés, bien que parfois à un bas niveau.

    Quelles espèces d'oiseaux a-t-on observées dans la plaine de Wauwil depuis 1999 ?

    Le concept de protection, d'aménagement et d'utilisation de la réserve du marais de Wauwil, qui datait de 2002, a été complètement révisé en 2012. Durant l'hiver 2009/10, des étangs de rétention d'une surface de 3 ha ont été créés dans la réserve du Wauwilermoos. Pour cela, il a fallu creuser un canal dont le déblai a été utilisé pour construire un barrage. Ces surfaces instaurées sont remplies d'eau en été. L'eau nécessaire au remplissage provient du drainage des champs agricoles environnants et est ensuite déversée dans les étangs grâce à une station de pompage. Quand les limicoles partent en migration, l'eau peut être vidée partiellement pour faucher les roseaux des étangs. En hiver, on les vide entièrement. En 2015, la cabane d'observation et de baguage délabrée au nord de la réserve a été remplacée par un nouveau bâtiment, qui est désormais ouvert au public en permanence. Au nord de celui-ci, des creux inondables seront aménagés en hiver 2016/2017 afin d’augmenter l'attractivité des surfaces pour les limicoles en migration.

    Responsable de projet

    Roman Graf

    Publications

    Duss, M., K. S. Meichtry-Stier, G. Pasinelli, B. Baur & S. Birrer (2012):
    La mise en réseau des surfaces écologiques favorise les sauterelles.