Focus

      Rôle essentiel du bois mort ou dépérissant

      bild

      Le bois mort au sol, en particulier dans les forêts de montagne, est aussi essentiel au rajeunissement. De jeunes épicéas poussent sur ce tronc en décomposition, où la neige a fondu plus tôt au printemps que sur le sol à côté. © Pierre Mollet

      Les bois mort et dépérissant constituent une ressource capitale pour d’innombrables groupes d’espèces, leur augmentation dans les forêts à faible rendement économique ayant engendré celle des oiseaux qui en dépendent. Leur volume est toutefois toujours insuffisant à basse altitude et dans les réserves forestières.

      Le bois mort concerne des éléments ligneux très divers, des arbres entiers ou non, sur pied ou couchés, des branches dispersées ou d’autres parties sénescentes, mais aussi des couronnes racinaires et des souches. S’il résulte en premier lieu du vieillissement, du passage des tempêtes et du feu, et de l’action des champignons et des insectes, le processus de sénescence en est toutefois l’élément moteur dans la plupart des cas : les anciens peuplements sont donc bien plus riches en bois mort que les jeunes. Signalons aussi la grande valeur des vieux arbres isolés au tronc épais et aux frondaisons développées.

      Champignons et insectes assurent en premier lieu la décomposition du bois mort, dont l’écorce tombe et le cœur dur s’attendrit peu à peu jusqu’à se transformer en humus. La rapidité de ce processus dépend de l’essence, de l’humidité de l’air, de l’exposition au vent et au soleil, des températures estivales comme du contact avec la végétation herbacée ou avec un substrat forestier humide.

      Un habitat pour d’innombrables spécialistes

      Sous ses diverses formes, qui ne cessent d’évoluer au fil de sa décomposition, le bois mort offre un nombre incalculable de niches écologiques ; un nombre tout aussi important d’organismes spécialisés s’y est adapté, puisque un quart environ des espèces vivant dans nos forêts sont inféodées au bois mort, dont plus de 1700 coléoptères et 2700 champignons.

      En l’absence d’événement violent, tel un incendie ou une tempête, le bois mort apparaît très lentement, si bien que la formation de volumes importants prend d’autant plus de temps. Voilà qui suffit à expliquer sa faible teneur, seuls quelques m3/ha, dans les forêts exploitées où l’on retire régulièrement du bois, par rapport à celles sans interventions humaines, qui peuvent en renfermer jusqu’à 200 m3/ha et représenter presque la moitié du volume total de bois. Au terme de siècles de sylviculture plus ou moins intensive, l’Europe ne compte ainsi plus guère de forêts inexploitées, et maints organismes du bois mort, insectes surtout, se sont raréfiés au point d’être menacés.

      Primordial aussi pour de nombreux oiseaux

      Le bois mort est aussi d’une importance majeure pour certains oiseaux : troncs dépérissants et grosses branches facilitent ou permettent le forage de la loge de cavicoles (pics, Mésanges huppée et boréale), tandis que des cavités ou cassures naturelles, ou des espaces à l’arrière d’écorces décollées, fournissent d’excellents sites de nidification à des espèces comme le Grimpereau des bois. Par ailleurs, le bois mort et sénescent sert de logis à de nombreux arthropodes et à leurs larves, dont se nourrissent divers pics : ainsi, le Pic noir apprécie les fourmis camponotes qui bâtissent leurs nids près du sol, dans des troncs d’épicéas décomposés ; le Pic tridactyle s’est spécialisé sur les scolytes et les capricornes, alors que le Pic à dos blanc, en particulier, doit disposer de grandes quantités de bois mort pour y trouver les larves qu’il affectionne ; deux de ses sites caractéristiques, dans le nord des Grisons, l’illustrent, en abritant respectivement 107 et 163 m3/ha de bois mort.

      Évolution de la distribution, depuis 1993-1996, de huit espèces répandues, étroitement liées au bois mort ou dépérissant (Pic vert, Pic noir, Pic épeiche, Pic mar, Pic épeichette, Mésange huppée, Mésange boréale, Grimpereau des bois). La carte d’évolution résulte de la combinaison de celles de ces huit espèces.

      De 1993-1995 à 2009-2013, le volume de bois mort a plus que doublé dans les forêts suisses, passant de 11 à 26 m3/ha, ce qui suffirait à expliquer, au moins en partie, l’augmentation de plusieurs oiseaux spécialistes. Néanmoins, la teneur moyenne en bois mort est, aujourd’hui encore, très inférieure à 20 m3/ha dans les étendues boisées bien accessibles du Plateau et du Jura, où il est d’autant plus urgent d’améliorer la situation, par exemple en délimitant des réserves forestières, à interventions réduites au minimum afin d’atteindre un développement naturel du peuplement.

      Les forêts riches en bois mort ou dépérissant, indispensables à la présence d’espèces spécialisées, font défaut dans de nombreuses régions, en particulier en situations bien accessibles sur le Plateau et dans le Jura.

      © Gilberto Pasinelli

      Des mesures urgentes

      Le manque de peuplements âgés, et donc de bois dépérissant ou mort, est considéré comme l’un des principaux déficits écologiques des forêts exploitées, alors même que la Confédération fait de la promotion du bois mort l’un de ses principaux objectifs, surtout dans le Jura et sur le Plateau. Les réserves forestières jouent un rôle prépondérant à ce titre et doivent devenir des foyers pour les espèces liées au bois mort, même si la faible mobilité de nombre d’entre elles déboucherait sur un défaut de connexion entre leurs populations confinées à des réserves en général éloignées les unes des autres. Il y a donc tout lieu de favoriser le bois mort ou dépérissant dans les forêts hors réserves, en préservant des îlots de sénescence et çà et là des arbres-habitats laissés sur pied jusqu’à leur décomposition.

      Les objectifs fixés dans ce sens, soit 25 m3/ha dans les Préalpes et les Alpes et 20 m3/ha sur le Plateau, dans le Jura et les Alpes méridionales, permettront de favoriser la plupart des oiseaux inféodés au bois mort ou dépérissant. Dans le cas du Pic tridactyle par exemple, un seuil d’au moins 15 m3/ha a été défini pour un minimum de 100 ha; cette valeur est ainsi déjà acquise dans la majorité des forêts des Préalpes et des Alpes, où l’indice de ses effectifs indique une hausse pour ces 15 dernières années, comme pour la plupart des autres oiseaux spécialistes du bois mort. Seuls les seuils nécessaires au Pic à dos blanc ne sont que peu atteints. Il paraît donc vraisemblable que son expansion à long terme ne pourra se poursuivre que lorsque les étendues boisées des régions basses seront durablement soustraites à l’exploitation, ce qui favorisera l’accumulation de bois mort, ou lorsqu’un plus grand volume de bois mort ou dépérissant sera laissé en place dans les forêts entretenues. Bien d’autres spécialistes du vieux bois en profiteraient aussi.

      Texte: Pierre Mollet & Gilberto Pasinelli


      Citation recommandée de l’Atlas en ligne:
      Knaus, P., S. Antoniazza, S. Wechsler, J. Guélat, M. Kéry, N. Strebel & T. Sattler (2018): Atlas des oiseaux nicheurs de Suisse 2013-2016. Distribution et évolution des effectifs des oiseaux en Suisse et au Liechtenstein. Station ornithologique suisse, Sempach.

      Bibliographie

      Abegg, M., U.-B. Brändli, F. Cioldi, C. Fischer, A. Herold-Bonardi, M. Huber, M. Keller, R. Meile, E. Rösler, S. Speich, B. Traub & B. Vidondo (2014a): Fourth national forest inventory - result tables and maps on the Internet for the NFI 2009-2013 (NFI4b). Swiss Federal Research Institute WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/resultate/ (Stand: 30.3.2018).

      Abegg, M., U.-B. Brändli, F. Cioldi, C. Fischer, A. Herold-Bonardi, M. Huber, M. Keller, R. Meile, E. Rösler, S. Speich, B. Traub & B. Vidondo (2014b): Quarto inventario forestale nazionale - Tabelle e cartine dei risultati in internet IFN 2009-2013 (IFN4b). Istituto federale di ricerca WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/resultate/ (Stand: 30.3.2018).

      Abegg, M., U.-B. Brändli, F. Cioldi, C. Fischer, A. Herold-Bonardi, M. Huber, M. Keller, R. Meile, E. Rösler, S. Speich, B. Traub & B. Vidondo (2014c): Quatrième inventaire forestier national suisse - tableaux et cartes des résultats de l’IFN 2009-2013 disponibles sur internet (IFN4b). Institut fédéral de recherches WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/resultate/ (Stand: 30.3.2018).

      Abegg, M., U.-B. Brändli, F. Cioldi, C. Fischer, A. Herold-Bonardi, M. Huber, M. Keller, R. Meile, E. Rösler, S. Speich, B. Traub & B. Vidondo (2014d): Viertes Schweizerisches Landesforstinventar - Ergebnistabellen und Karten im Internet zum LFI 2009-2013 (LFI4b). Eidgenössische Forschungsanstalt WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/resultate/ (Stand: 30.3.2018).

      Albrecht, L., R. Geiser, W. Neuerburg & J. Rauh (1988): Das Naturwaldreservat "Wettersteinwald". Jahrb. Ver. Schutz Bergwelt 53: 87–105.

      Brändli, U.-B., F. Cioldi, C. Fischer & M. Huber (2015a): Inventaire forestier national – Analyses ciblées à l’occasion du Rapport forestier 2015, disponibles en ligne. Institut fédéral de recherches WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/publ/waldbericht/2015-fr.php (Stand: 30.3.2018).

      Brändli, U.-B., F. Cioldi, C. Fischer & M. Huber (2015b): Inventario forestale svizzero – Analisi speciali per il Rapporto forestale 2015 in internet. WSL, Birmensdorf. Istituto federale di ricerca WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/publ/waldbericht/2015-it.php (Stand: 30.3.2018).

      Brändli, U.-B., F. Cioldi, C. Fischer & M. Huber (2015c): Schweizerisches Landesforstinventar – Spezialauswertungen zum Waldbericht 2015 im Internet. Eidgenössische Forschungsanstalt WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/publ/waldbericht/2015.php (Stand: 30.3.2018).

      Brändli, U.-B., F. Cioldi, C. Fischer & M. Huber (2015d): Swiss National Forest Inventory – Special assessments for the Forest Report 2015 in the internet. Swiss Federal Research Institute WSL, Birmensdorf. http://www.lfi.ch/publ/waldbericht/2015-en.php (Stand: 30.3.2018).

      Bühler, U. (2009): Totholz - existenziell für den Weissrückenspecht in Nordbünden. Schweiz. Z. Forstwes. 160: 210–217.

      Bütler, R., P. Angelstam, P. Ekelund & R. Schlaepfer (2004): Dead wood threshold values for the three-toed woodpecker presence in boreal and sub-Alpine forest. Biol. Conserv. 119: 305–318.

      Bütler, R., T. Lachat & R. Schlaepfer (2006): Saproxylische Arten in der Schweiz: ökologisches Potenzial und Hotspots. Schweiz. Z. Forstwes. 157: 208–216.

      Harmon, M. E., J. F. Franklin, F. J. Swanson, P. Sollins, S. V. Gregory, J. D. Lattin, N. H. Anderson, S. P. Cline, N. G. Aumen, J. R. Sedell, G. W. Lienkaemper, K. Cromack Jr. & K. W. Cummins (1986): Ecology of coarse woody debris in temperate ecosystems. Adv. Ecol. Res. 15: 133–302.

      Imesch, N., B. Stadler, M. Bolliger & O. Schneider (2015a): Biodiversität im Wald: Ziele und Massnahmen. Vollzugshilfe zur Erhaltung und Förderung der biologischen Vielfalt im Schweizer Wald. Umwelt-Vollzug Nr. 1503. Bundesamt für Umwelt, Bern.

      Imesch, N., B. Stadler, M. Bolliger & O. Schneider (2015b): Biodiversité en forêt: objectifs et mesures. Aide à l’exécution pour la conservation de la diversité biologique dans la forêt suisse. L'environnement pratique n° 1503. Office fédéral de l'environnement, Berne.

      Mayer, H., M. Neumann & W. Schrempf (1979): Der Urwald Rothwald in den Niederösterreichischen Kalkalpen. Jahrb. Ver. Schutz Bergwelt 44: 79–117.

      Mollet, P., N. Zbinden & H. Schmid (2009): Steigende Bestandszahlen bei Spechten und anderen Vogelarten dank Zunahme von Totholz? Schweiz. Z. Forstwes. 160: 334–340.

      Monnerat, C., S. Barbalat, T. Lachat & Y. Gonseth (2016a): Lista Rossa dei Coleotteri Buprestidi, Cerambicidi, Cetonidi e Lucanidi. Specie minacciate in Svizzera. Pratica ambientale n. 1622. Ufficio federale dell’ambiente, Berna, Info Fauna – CSCF, Neuchâtel, e Istituto federale di ricerca WSL, Birmensdorf.

      Monnerat, C., S. Barbalat, T. Lachat & Y. Gonseth (2016b): Liste rouge des Coléoptères Buprestidés, Cérambycidés, Cétoniidés et Lucanidés. Espèces menacées en Suisse. L'environnement pratique n° 1622. Office fédéral de l’environnement, Berne, Info Fauna – CSCF, Neuchâtel, et Institut fédéral de recherches WSL, Birmensdorf.

      Monnerat, C., S. Barbalat, T. Lachat & Y. Gonseth (2016c): Rote Liste der Prachtkäfer, Bockkäfer, Rosenkäfer und Schröter. Gefährdete Arten der Schweiz. Umwelt-Vollzug Nr. 1622. Bundesamt für Umwelt, Bern, Info Fauna – CSCF, Neuenburg, und Eidgenössische Forschungsanstalt WSL, Birmensdorf.

      Pechacek, P. & A. Kristin (2004): Comparative diets of adult and young Three-toed Woodpeckers in a European alpine forest community. J. Wildl. Manage. 68: 683–693.

      Rigling, A. & H. P. Schaffer (2015a): Forest report 2015. Condition and use of Swiss forests. Federal Office for the Environment, Bern, and Swiss Federal Institute for Forest, Snow and Landscape Research WSL, Birmensdorf.

      Rigling, A. & H. P. Schaffer (2015b): Rapport forestier 2015. État et utilisation de la forêt suisse. Office fédéral de l’environnement, Berne, et Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL, Birmensdorf.

      Rigling, A. & H. P. Schaffer (2015c): Rapporto forestale 2015. Stato e utilizzazione del bosco svizzero. Ufficio federale dell’ambiente, Berna, e Istituto federale di ricerca per la foresta, la neve e il paesaggio WSL, Birmensdorf.

      Rigling, A. & H. P. Schaffer (2015d): Waldbericht 2015. Zustand und Nutzung des Schweizer Waldes. Bundesamt für Umwelt, Bern, und Eidgenössische Forschungsanstalt WSL, Birmensdorf.

      Scherzinger, W. (1996): Naturschutz im Wald. Qualitätsziele einer dynamischen Waldentwicklung. Praktischer Naturschutz. Ulmer, Stuttgart.

      Siitonen, J., P. Martikainen, P. Punttila & J. Rauh (2000): Coarse woody debris and stand characteristics in mature managed and old-growth boreal mesic forests in southern Finland. For. Ecol. Manage. 128: 211–225.

      Speight, M. C. D. (1989): Saproxylic invertebrates and their conservation. Council of Europe, Strasbourg.

      Vallauri, D., J. André & J. Blondel (2003): Le Bois mort, une lacune des forêts gérées. Rev.For.Fr. 2: 99–112.

      Vandekerkhove, K., L. De Keersmaeker, N. Menke, P. Meyer & P. Verschelde (2009): When nature takes over from man: Dead wood accumulation in previously managed oak and beech woodlands in North-western and Central Europe. For. Ecol. Manage. 258: 425–435.

       

      Espèces concernées
      Thèmes
      Forêt
      Gestion et utilisation du sol
      espèces en recul
      espèces en hausse
      Atlas bestellen